IMAGINONS UNE ÉDUCATION FÉMINISTE

A quoi ressemblerait une éducation féministe ? Ici, on parle apprentissages, transmission, éducation continue…Alors, à vos idées ! Et n’oubliez pas : vous êtes légitimes !

S’abonner
Me notifier
guest
37 Propositions
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
MLaure

On veut la parité dans les auteurices étudiés à l’école !

Tatiana

Repenser les programmes d’histoire pour qu’y soit détaillée la place des femmes dans chaque époque étudiée. Mettre en avant les femmes qui ont joué des rôles importants.

Celeste

Des cours d’argumentations, d’opinions sur ce qui existe en « dehors » des écoles. Analyser la musique, les films que les jeunes vont voir pour qu’il y ait toujours l’oeil critique et ne pas tomber dans les pièges que le patriarcat nous tend.

Fernandez

Des heures dédiées au sexisme dès l’école primaire en adaptant les discours mais pour sensibiliser au sexisme mais aussi aux autres violences/discriminations. Pour que l’emc est enfin un sens.

Mona

Est-ce que vous pourriez m’expliquer ce qu’est l’EMC svp ?

Marie

*Enseignement Moral et Civique ?

marianne

oui !

Michèle

Apprendre aux enfants l’empathie (développant l’ouverture d’esprit, la bienveillance, la compréhension, l’entraide,…) et le respect de son corps et de celui de ses camarades (consentement).

Lroy

Qu’on évoque le clitoris en cours de svt !! (Et aussi les personnes intersexes)

marianne

En le décrivant avec précision dans son entièreté !

Ludovic Barreau Potier

Pour être inclusif, on peux parler ouvertement du plaisir dans le sexe et donc des orgasmes et des organes impliqués : clitoris et prostate en particulier.

Julie Almd

Revoir la formation des enseignants et intervenants scolaires ainsi que les programmes scolaires. Inclure dans l Histoire enseignée le rôle des femmes , sans l occulter ou le minimiser.
Avoir une Éducation nationale plus inclusive qui ne chercherait plus a formater les enfants et a stigmatiser les mauvais eleves. Plus de temps d activité physique pour que les enfants /jeunes se dépensent car en lien avec le développement cérébral et santé mentale également. Fin des orientations scolaires et professionnelles genrées.

Ninon

Pour des vrais cours d’éducation AUX sexualitéS. Dans un monde idéal, ils mettraient l’accent sur le plaisir et le consentement joyeux et entier pour mieux lutter contre les violences sexuelles et contre-carrer l’influence de la (pédo-)pornographie. Ce serait aussi le moment d’évoquer avec les jeunes tout ce qui est « revenge porn » et autres divulgations d’images sexuelles sur les réseaux sociaux sans l’accord de la personne qui y figure.

Sue

Dans une école de Vigo, en Espagne, les garçons doivent suivre des cours de ménage. On fait pareil ici ?

Last edited 1 année il y a by Sue
Maelle

Faire des interventions sur les violences faites au femmes, à la même manière que celles qui existent pour la sécurité routière

Yuna

– Une education à là non-violence avec au cœur l’éducation au consentement dès l’école maternelle (qu’il serait bon de renommer en « cours premier » ou « école fondamentale » « école infantile » ou je ne sais quoi qui ne renverrai pas à la « maternité » etc)
– revalorisation du salaire des enseignant.e.s
– retour à une formation longue, rémunérée des futur.e.s profs, une formation de qualité durant laquelle de véritables cours de sociologie, philo, psycho seraient donnés permettant de comprendre les enjeux et lutter contre les stéréotypes de genre, classe, race à la fois pour un enseignement féministe, antiraciste et surtout afin que les enseignant.e.s ni ne reproduisent et ni ne véhiculent elleux mêmes des stéréotypes et comportement sexistes/racistes/lgbphobes dans leur pratique.
– une formation continue et des analyses de pratiques régulières avec notamment comme spectre de lecture la lutte contre le sexisme, le racisme, les lgbtqphobies …
– refonte des programmes et des ouvrages conseillés (manuels, albums etc.).

Olivia R

Oui bien sur, mais ce ne sera possible que dans une restructuration totale de l’education nationale

Skrodzki

– Plus de références féminines (et non exclusivement hetero cis -blanche) dans l’ensemble des cours proposé que ce soit en histoire ou en art etc.

– des protections hygiéniques gratuites dans les écoles et des modèles non dangereux pour les femmes / plus écolotiques que les grandes marques actuelles

– des formations sur les enjeux féministe actuel : les grands mouvements féministes, qu’est ce que la culture du viol, apprendre aux garçons leur rôle la dedans etc.

– des cours de sports plus inclusifs moins genrés

– des aménagements de cours de récréation non genrée et moins stérile (arrêter les grandes plateformes de bétons pour les enfants)

– des cours d’empathies

– des formations notamment pour les femmes en études supérieures sur la négociation de salaire, la confiance en soi, les bases d’un bon oral etc.

Skrodzki

Des meilleurs cours d’éducation sexuelle non seulement sur les risque et la protection mais également sur le plaisir et notamment des femmes avec le clitoris etc.

Marie

Vraie éducation sexuelle ! Pas seulement hétéro-cis-centrées, pas seulement « mettez une capotes  »
Education au consentement et à la conscience de son corps dès le plus jeune âge et évolutif avec l’âge (apprendre que dire non n’est pas quelque chose de mal ou de négatif pour les plus petit.e.s)

Elise

Un fête de la parentalité plutôt que des pères et des mères pour être plus inclusif.

Last edited 1 année il y a by Elise
Camille

Pour une éducation féministe et sexuelle comme enseignement à part entière, histoire d’aider les enfants de tous genres à s’aimer, s’accepter, être bienveillante.s, à faire attention aux autres…

Pour une valorisation du métier d’enseignant.e, une augmentation de leur salaire et une revalorisation au sein de la société. Leur permettre un meilleur suivi psychologique, moins de charge mentale, une amélioration de leurs conditions d’exercice.

Mieux encadrer les enfants «  » » » »hors-normes » » » » et je parle ici des jeunes qui ont des problèmes chez-eux, et à l’école. Celleux qui subissent des discriminations aussi bien que celleux qui discriminent. Ne pas les laisser flotter dans cet entre-deux des exclusions/conseils de discipline/envois dans d’autres établissements pour un « redressement scolaire » (désolée, je n’ai pas les termes spécifiques liés à ces méthodes). Bref, ménager du temps pour ces enfants pour éviter qu’iels ne « sortent » du système, souffrent, et deviennent de potentiels exilé.es dans notre société.

Prôner une éducation anti-raciste, égalitaire, mettre sur un pied d’égalité les auteur.ices et acteur.ices de notre Histoire. Avoir une école bienveillante, non-sexiste, non-validiste, qui accepte toutes les identités (origines, genres, classes).

Ribaud crystal

Plus de possibilités de « draguer » les postulantes pour des écoles, sous couvert de recrutement

Gabrielle

Une éducation féministe, pour moi, c’est une éducation qui éviterait de reconduire la binarité du genre. Aménager des toilettes mixtes avec blocs sanitaires fermés et pas d’urinoirs, dégenrer les codes vestimentaires, repenser la cour de récréation pour permettre une meilleure appropriation de l’espace par tout le monde. Miser sur le consentement très tôt, sans l’axer tout de suite et uniquement sur la seule sexualité. Diversifier les représentations disponibles: il y a mille et une façon d’être une personne épanouie!

Aurore

Avant propos : J’ai intégré les idées évoquée dans les commentaires précédemment. Je m’excuse donc pour le vol, plagiat ou la définition que vous en donner :

  1. Vendre tous les établissements scolaires à des promoteurs immobiliers car aucun de ses bâtiments ne sont adaptés, ni écologiquement parlant ni socialement parlant.
  2. Création de nouveaux établissement scolaires écologique et non genrée, autonome énergiquement et en circuit cours pour la cantine (Avec possibilité de créer une résidence senior pour permettre d’accueillir des personnes âgées qui vont être de plus en plus nombreuses et permettre une mixité dans les âges)
  3. Suivre les programme norvégien :
  4. Principe : Promouvoir l’ascension sociale pour tous, et ce, quelle que soit la provenance sociale, culturelle ou le lieu de résidence des élèves. Elle contribue à apporter à chacun les moyens pour s’intégrer dans la société.
  5. Matière enseignée et obligatoires (à l’école et au collège. Les élèves de lycée pourrait choisir leur matière ?)
  6. Français (refonte des programmes, intégration d’autrices étudiées et voir peut-être l’écriture inclusive ? )
  7. Éducation Morale et Civique (Éducation sexuelle, Discriminations et Sexisme, Éthique, Empathie, Respect des droits humains, Non-violence, Laïcité, Religion…) Devient une vraie matière et non quelque heures toute les deux semaines.
  8. Mathématiques
  9. Art et Artisanat
  10. Sciences sociales
  11. Science de la nature et de l’environnement ( avec ici une description précise du clitoris et l’évocation des personnes intersexes)
  12. Histoire et Cultures (refonte des programmes, intégration de la place des femmes dans l’histoire, )
  13. Éducation physique et sportive non genrée
  14. Musique
  15. Géographie
  16. Sciences informatiques et Éducation au réseaux sociale et l’outil informatique
  17. En Options : Cours de Cuisine, de Jardinage. Théâtre, Danse …
  18. Organisation scolaire :
  • Des cours en plein air
  • Des « classes » organisé non selon l’âge des élèves mais selon leur niveau scolaire
  • Des classes d’environ 11 élèves par enseignants
  • Des cours adaptés aux élèves en situation d’handicaps et au profils particuliers.
  • Des périodes de stages dès le lycée pour la préparation à l’orientation professionnelle
  • Les notes et les contrôle sont supprimé pour les écoles primaires. A chaque fin d’année du collège et du lycée, une épreuve en fin d’année sur une seule matière.

 

  1. Étayer la formation des enseignants :
  2. Une formation rémunérée
  3. Refonte des programme et de la formation
  4. Revoir la formation des enseignants, intégré de la sociologie, de la psychologie et de la philosophie, et de l’éducation sexuelle plus poussée
Marion B

Je pense que pour ré inventer une société féministe, anticapitaliste… la base est en effet de revoir tout notre système éducatif et de miser sur nos enfants qui sont notre avenir.

Le budget le plus important doit être dédié à l’éducation et j’entends ici pas que l’école mais aussi le soutien aux associations d’éducation populaire, au soutien aux enfants en difficultés (sané, social…)

Une réflexion de fond doit être menée sur ce que nous voulons transmettre à nos enfants et sur la forme.

No

Fini les cours d’histoire qui insistent sur « les effets positifs de la colonisation »

Sophie B

Instaurer, comme au Canada, des cours d’autodéfense et de prévention des violences sexuelles adressés aux enfants : là bas iels apprennent très tôt, sous la forme de jeux de rôles, à dire non et vers qui se tourner.

Sophie Barre

Éducation à l’égalité de genre à l’école dans le primaire et le secondaire. 1) Application des textes existants : 3 séances par an et par élève d’éducation à la sexualité, (mais ça doit être fait par des personnels formés !!) + référen.tes égalité dans tous les établissements (mais ajouter que les référen.tes doivent être payé.es !!)
2) formation systématique aux questions de genre des nouvelles.eaux profs dans les EPLE, mais là encore il faut que derrière il y ait une volonté politique (présence de fémocrates dans les institutions) pour que les formateur.ices dans les EPLE fassent cette formation dans une optique féministe.

Ludovic Barreau Potier

Une proposition indispensable il me semble a un projet de société féministe est le congé parental long et obligatoire (genre 1 an minimum obligatoire pour les parents, quel que soit leur genre/sexe évidemment).

Pourquoi obligatoire ? 2 raisons.

Du point de vue de l’enfant en bas âge. C’est une période clé du développement affectif et émotionnel.

Du point de vue société, il deviendra alors normal qu’une carrière se fasse avec des interruptions, quel que soit le genre/sexe de l’employé·e. En effet aujourd’hui l’égalité salariale homme femme est presque réelle sur les premières années de carrière mais c’est sur le long terme que ça se gâte, principalement a cause des interruptions de carrière pour grossesse/enfant en bas âge.

PS : Je ne suis pas sûr que ce soit la bonne section, mais je n’ai pas trouvé mieux.

Elsa

Je proposerai :

  • Refonder le système scolaire pour une école inclusive et égalitaire :
  1. Cesser les compétitions entre les établissements scolaires (classement et taux de réussite/ échec)
  2. Création d’un parcours adapté aux difficultés des élèves : Partir des compétences pour pallier les difficultés. Par exemple : Un enfant qui rencontre des difficultés dans le français mais adore le rap, on peut utiliser cette base pour l’aider dans l’apprentissage du français.
  3. Pour continuer sur la langue, je dirais une reconnaissance au niveau de l’éducation nationale des langues parlées dans les territoires : le créole… (Je prends le créole, car on a l’histoire d’un professeur d’université licencié parce qu’il a parlé en créole en cours)
  4. Cessez de coller l’éducation des DOM aux réalités de l’hexagone…
  5. Revoir le programme scolaire : Inclure des évènements historiques qui se sont passés sur le territoire dans lequel s’inscrit l’établissement (Exemple : l’esclavage, la traite négrière, les enfants de la Creuse, les émeutes…), inclure des auteurices non binaires/ femmes/ homme/ LGBTQIA+ et cessez de mettre en avant des auteurs qui propagent des idées du patriarcat, inclure des professeuses dans les matières dites masculines (chimie, mathématiques, sport…)
  6. Mettre en place un apprentissage égalitaire : Les élèves/ étudiants soient également dans une démarche de partage et de transmission.
  7.  Création de module sur la construction identitaire depuis le collège :
  • Cours d’éducation sexuelle avec une infirmière/ conseillère du planning familial qui aborde la question du consentement, du respect, de l’amour et du romantisme. Non plus un rapport vagin/ pénis et pénétration, il y a d’autres moyens d’explorer sa sexualité.
  • Parler d’orientation sexuelle et de genre
  • Séances sur le renforcement de la confiance en soi
  • Faire un volet sur la question de la « différence »

Je pense qu’il y a moyens à revoir l’organisation des centres de formation (notamment le mien LOL). Je dois encore m’informer pour proposer quelque chose..

Toutefois, je suis d’accord avec les autres posts !

Sandrine PERROT

éducation à l’empathie dès la maternelle pour l’intégralité des enfants, leur donner la capacité de comprendre l’autre et de respecter ses émotions et ses choix

Annick Denis

Eduquer au consentement, à l’empathie, à l’écoute de l’autre et de soi
Former le personnel enseignant pour qu’ils ou elles puissent éduquer au consentement, à l’empathie et à l’écoute de l’autre et de soi
Revoir les manuels pour introduire plus de diversité dans les représentations de l’humain.
Avoir des cours qui apprennent aux enfants à construire leur sens critique
Parler plus tôt (en maternelle) de sexualité (évidemment en adaptant à l’âge du public 😉 mais par exemple apprendre à nommer les parties de son corps sexe compris dès le plus jeune âge)
Autoriser l’usage de l’écriture inclusive
Bref éduquer nos enfants pour qu’iels ne reproduisent pas le fonctionnement de nos sociétés actuelles

nathalie
  • formation OBLIGATOIRE des enseignant‧es et des chef‧fes d’établissement au sexisme
  • lutte contre stéréotypes genrés et éducation à la lutte contre le sexisme en Enseignement Moral et Civique chaque année (avec évolution selon l’âge des élèves)
  • obligation d’un règlement intérieur non sexiste (vêtement, utilisation d’un langage égalitaire)
  • égalité entre les auteurs et autrices étudié‧es
  • supprimer tous les stéréotypes genrés des manuels scolaires
  • enseigner le clitoris en SVT
  • s’adresser à toutes et tous et pas seulement aux collégiens et lycéens
  • aménagement des cours d’école pour un partage équitable
  • accès aux toilettes pour les filles à chaque intercours
  • créer un label des établissements scolaires  » égalité filles-garçons »
  • changer de ministre de l’Éducation 🙂
Fernandes Bingert

Apprendre aux enfants à remarquer le sexisme, les stéréotypes de genres et les sensibiliser afin qu’ils en soient conscient et qu’il puissent concevoir les choses différemment. Cela nécessite aussi un travail d’accompagnement de la part des adultes.