IMAGINONS UNE JUSTICE FÉMINISTE

A quoi ressemblerait une justice féministe ? Ici, on parle lutte contre les violences, pertinence du système pénal…À vos idées ! Et n’oubliez pas : vous êtes légitimes !

S’abonner
Me notifier
guest
12 Propositions
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Fernandez

Pas de prescription pour le viol

Mona Aviat

Rendre obligatoire l’accès à un.e auditeurice du même sexe dans des cas de violences sexuelles et de récits de parcours migratoires dans le cadre de la demande d’asile.

Le constat: certaines femmes venant de cultures stigmatisant et culpabilisant les femmes victimes de viol sont entendues par des hommes pour défendre leur dossier d’accès au statut de réfugiés

Kaya

Hum. Il y a des cultures qui ne culpabilisent pas les femmes victimes de viol ? Parce que chez nous on les culpabilise bien.

Mona

Yes, tout à fait d’accord, c’était dit de manière maladroite, mais du coup je trouve ça dingue qu’on demande à des femmes de parler de violences sexuelles qu’elles ont subies devant des hommes au tribunal

Julie Almd

Revoir la formation des forces de l ordre et des professions judiciaires ainsi que les procédures afin de prendre en compte de manière adéquat les violences et actes subis.
Interdire les requalifications (de viol en agression sexuelle par exemple)
Rendre effectives les peines planchers. Une sorte d électrochoc est nécessaire pour une prise en compte que l impunité est finie.

Anna Tenroc

Revoir de fond en comble le processus de prise en charge d’une plainte pour viol.

Trouver une solution au problème “d’une parole contre une autre”.

RYGIELSKI

Formation obligatoire (initiale et continue) des magistrats et des forces de l’ordre aux violences

Kaya

Instaurer des juridictions spécialisées, comme en Espagne.

Tatiana

Repenser le système pénal en profondeur. Le taux de récidivisme, les conditions de vie déplorables en prison, la surreprésentation des personnes issues de milieux sociaux défavorisés chez les condamné.e.s, le manque de satisfaction des victimes, tout cela doit nous amener à penser des nouvelles formes de justice. Des exemples intéressants existent en Norvège et au Québec par exemple, aussi chez les peuples natifs des Amériques.

Julie

Les formations à destination de la police doivent aborder le sujet de l’accompagnement des femmes violentées par un collègue.

Julie

Un vrai audit indépendant sur l’accueil des victimes de violences par la police. Celui mené par l’IGPN, qui conclut que 90% des victimes sont favorable de l’accueil est en décalage total avec l’enquête de la Fédération Solidarité femme. Cette dernière affirme que 76% des femmes n’ont pas pu aller au bout de leur démarche de porter plainte.

Il faudrait de toute façon supprimer l’IGPN qui serait remplacée par une autorité de contrôle indépendante de la police et qui a également tendance à minimiser les violences raciales. On ne peut pas être juge et parti.

Julie

Si une personne contre qui il y a suspicion de violences possède une arme, celle-ci doit lui être confisquée immédiatement. C’est valable pour les personnes exerçant un métier de sécurité. On a vu des féminicides commis avec des armes de service.