IMAGINONS UNE SANTÉ FÉMINISTE

A quoi ressemblerait une santé féministe ? Ici, on parle santé mentale, violences médicales et gynécologiques… À vos idées ! Et n’oubliez pas : vous êtes légitimes !

S’abonner
Me notifier
guest
20 Propositions
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
Tatiana

Revaloriser le métier de sage-femme, leur rémunération, la possibilité pour les femmes d’être accompagnées par leur SF libérale en maternité. Développer les maisons de naissance et faciliter l’accouchement à domicile.

Tatiana

Obliger les maternités à publier des indicateurs annuels sur le taux de césariennes, d’épisiotomie, d’injections d’oxytocine, de recours aux forceps, etc. Enquête auprès des personnes ayant accouché sur leur vécu.

Mona

Ouvrir les numerus clausus en médecine pour que plus de personnes puissent devenir médecin, mieux répartir le temps de travail et permettre de zaper le vieux modèle du médecin qui travaille 65h par semaine sans pouvoir s’occuper de sa vie de famille
(je dirais bien en imposant des quotas de parité mais je crois que les femmes s’en sortent déjà très bien)

Michèle

Proposer des études de santé saines (pas de maltraitances et du bizutage sur/devant les étudiant.es, temps nécessaire accordé pour se former aux bons gestes, à l’empathie, l’écoute …). Notre système de formation actuel accroit la probabilité que nos futur personnel de santé soit maltraitant – parfois malgré lui.

Réformer le Conseil National de L’Ordre des Médecins qui prend des décisions à contre-courant des avancées de la société (un exemple : https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/haute-garonne/toulouse/toulouse-une-pedopsychiatre-interdite-d-exercer-apres-avoir-denonce-des-maltraitances-sur-une-enfant-1977430.html)

Juno Chatelain

Pour avoir été moi même victime de violences médicales, j’ai à cœur de proposer des idées. Je suis atteinte d’endométriose sévère et ai un parcours de soin très lourd, depuis de nombreuses années.

Déjà, je suis choquée qu’en 2021, il n’y ai rien de prévu pour préserver la pudeur de la femme lors de consultations gynécologiques. On doit écarter grand les cuisses, et tout le monde trouve ça normal. Ce ne l’est pas. Un gynécologue a inventé la culotte gynécologique et il n’a pas la visibilité que ce projet mérite.
De plus, ces culottes devraient être prise en charge par la sécu. C’est un outil participant au soin.

On devrait pouvoir noter un praticien/ soignant sur un espace dédié (les avis de google ne suffisent pas, c’est parfois trop flou) et cela inciterait les soignants à être plus vigilants dans leurs paroles et leurs actes (ils agiraient par peur et non par bienveillance mais ce serait un debut)

Il n’existe pas de formation de prise en charge des patients en école de médecine. Les médecins ne sont pas formés à la relation avec le patient. Il est urgent de réformer ce système de santé inhumain. Nous sommes à la pointe en techniques de soin, mais dans le coeur, nous n’avons rien.

Voilà
J’ai encore plein d’idées.
N’hésitez pas à revenir vers moi, j’ai été aidé soignante et je fréquente le milieu médical depuis de nombreuses années en tant que patiente et je suis absolument révoltée par la manière dont j’ai été traitée (et je sais que je ne suis pas la seule)

A bientôt
Juno

Julie Almd

Revoir la formation initiale de tous les soignants : jusqu ici faite par des hommes pour des hommes et ne traiter que des maux et symptômes masculins (cf. Les différences en matière d infarctus, bien souvent méconnues des soignants). Pour bien soigner les femmes, il faut les connaître. Il en découlera une meilleure prise en charge, plus respectueuse.

Ninon

Remboursement à 100% de l’ensemble des méthodes contraceptives. Y compris des méthodes de contraception dites “masculines” sur lesquelles les informations manquent.

Ninon

Une santé féministe signerait la fin des mutilations des enfants intersexes.

Sue

En 20 ans, 40 % des maternités de proximité ont fermé. Il est inadmissible qu’en France, en 2020, on se retrouve à devoir accoucher sur la route.

marianne

Une santé féministe concevrait les médicaments pour d’autres que les hommes : dégenrés, ils seraient adaptés à chacun !

Tatiana

Financer la recherche sur la ménopause, les migraines, la santé reproductive, l’endométriose, et tous ces autres domaines de la santé qui sont historiquement sous financés parce qu’une majorité d’hommes tiennent les cordons de la bourse.

Maelle

Inclure la notion de consentement aux cours de médicine (et notamment pour les gynécologues et sages-femmes)

Céline B

Prévoir un observatoire des discriminations et des sanctions pour les professionnels de santé maltraitants ou déshumanisants. Mettons en place des formations obligatoires pour informer et obliger à plus de bienveillance et d’inclusivité (de l’ambulancier au chirurgien, car vu et désapprouvé : la violence est partout).
Afin de permettre cette bienveillance, s’intéresser au bien être des soignants avec des équipes de psychologues spécifiques pour les soignants, des services hospitaliers avec du personnels (et non constamment sous tension comme actuellement), engageons et valorisons l’emploi dans le service public hospitalier. Soignons les soignants.

Bettina Zourli

Un congé parental non genré me semble être primordial : il devra être obligatoire et de même durée pour les deux parents (ou plus si coparentalité) et cela réduira sensiblement plusieurs discriminations.
Les femmes seront moins discriminées à l’embauche, cela brisera le plafond de verre et diminuera le taux de femmes précaires dus à des temps partiels subis pour cause d’enfants.

Skrodzki

– Plus de sensibilisation sur la contraception masculine et une aide à sont développement (qui est tout de même sans effet secondaire et totalement mécanique donc bon)

– Gratuité pour les protections hygiéniques

– arrêt des thérapies de conversion qui sont de réelles violences psychologiques pour les personnes trans

-des formations sur l’accueil de personnes trans dans les milieux médicaux

– valoriser les sages femmes

– que les développements et essais cliniques ne soit pas seulement pensé pour des hommes blancs mais qu’il y ai plus de diversité.

– un congé paternité égal à celui du congé maternité afin de valoriser la paternité et laisser de la place aux père – mais également afin de réduire les inégalités de genre à l’embauche.

Marie
  • Normalisez les listes de soignants safe (racisés, LGBTQI+, accès PMR…)
  • Protections périodiques gratuites pour tout.e.s
  • Sensibilisation et prévention à la dépression post-partum
Seguier Garance

Lancer une recherche sociologique d’envergure sur l’impact du Sexisme systémique en médecine sur la maltraitance des femmes en gynécologie.

Dissoudre l’ordre des médecins.

Dissoudre le CNGOF, imposer la parité dans l’instance qui lui succédera, en exclure les gynécologues qui refusent de faire leur métier en pratiquant l’avortement.

Proposer aux femmes réfugiées une accompagnante : traductrice et bienveillante et qui préserve le secret médical, pour leurs rdv gynéco. D’autant plus que le parcours migratoire et l’arrivée en France les rendent très vulnérables aux violences sexuelles. Former des sexologues pour répondre aux besoins de ces femmes.

Étudier les processus de prise en charge en urgences gynécologiques pour réduire la violence et la douleur générée par les soignant.e.s.

Pousser la recherche dans les domaines des maladies non mortelles mais extrêmement douloureuses comme l’endometriose, la fibromalgie, etc.

Pousser la recherche sur l’impact des règles sur les maladies mentales, par exemple : augmentation des symptômes de bipolarité pendant les règles, et proposer une prise en charge adaptée.

Rendre obligatoire et réel, des cours de santé sexuelle intégrale dans les institutions qui reçoivent des adultes handicapés. Avec du personnel formé et payé pour réaliser les ateliers. (Pour les adultes dans un premier temps, pour les adolescent.e.s à terme).

Établir et mettre en place des règles pour le respect de la vie privée dans les pharmacies. On n’a pas forcément envie que la voisine qui prend du doliprane à côté de nous sache qu’on est extrêmement constipée à cause de l’endometriose.

Engager une personne pour parler aux patientes et leur éviter les conversations de sourd avec des chirurgien.ne.s à l’ego surdimentionné incapables de communiquer correctement. Si les chirurgien.ne.s sont incapables de traiter correctement les patientes, ils.elles ont besoin d’être aidé.es par une personne humaine capable d’écouter et de répondre correctement aux patientes. D’autant plus que cette bonne communication est primordiale dans la gestion de la douleur chronique.

Mat

Droit à la PMA pour tout le monde !

Mat

Remboursement des séances de psy. Formation des psy aux violences de genre. Développement des recherches sur les neuroatypismes sous un angle de genre et formation des psy. Trop de personnes ne sont pas diagnostiquées parce qu’elles ne collent pas au cliché du petit garçon autiste.

Aurélie

Je propose la suppression du congé maternité : principale discrimination des femmes à l’embauche.
A la place, il me semble pertinent d’instaurer un congé parental d’accueil d’un enfant, obligatoire pour les deux parents, rémunéré pareil pour les deux parents (sans perte de salaire).
Il y aurait (enfin) une injonction sociétale au partage des tâches domestiques entre les hommes et les femmes, ainsi qu’à la préoccupation primaire envers l’enfant.