IMAGINONS DES TERRITOIRES FÉMINISTES

A quoi ressembleraient des territoires féministes ? Ici, on parle urbanisme, ruralité, mobilités, accessibilité… À vos idées ! Et n’oubliez jamais que vous êtes légitimes !

S’abonner
Me notifier
guest
12 Propositions
le plus ancien
le plus récent le plus populaire
Inline Feedbacks
View all comments
MLaure

Plus simple qu’une zone sans relous, une zone sans homme cis. Un espace de repos !

Anaïs

Des transports enfin accessibles ! Déjà parce qu’il n’est pas normal que les personnes à mobilité réduite ne puissent pas prendre les transports publics. Et puis cela éviterait de galérer dans les escaliers avec la poussette, les enfants, les courses…Dont s’occupent encore majoritairement les femmes.

Tatiana

Généralisation des pratiques de démocratie directe au niveau local.

Marion

Sur le principe, je suis évidemment pour, mais pas sûre de comprendre en quoi c’est une mesure féministe. Vous nous expliqueriez en quoi cela favoriserait les femmes, hommes trans, personnes non binaires ?

marianne

Est-ce que cela ne serait pas un moyen de mieux tenir compte des besoins de tou.te.s ?

Tatiana

C’est bien ça que j’avais en tête, merci Marianne. La démocratie directe permet de mieux tenir compte des besoins de tous, la diversité se perd beaucoup plus facilement avec un système de représentation parlementaire par exemple. Cornelia Möser et Marion Tillous parle dans leur livre Avec, sans ou contre ; critiques queers/féministes de l’Etat du municipalisme libertaire comme une stratégie possible de lutte queer/féministe.

Julie Almd

Revoir les politiques d urbanisation des territoires qui sont faites par des hommes pour des hommes et excluent donc les femmes de l espace public. Hommes et femmes n ont pas les mêmes ressentis et besoins en la matière. Les grands espaces ouverts sont moins favorisant pour les femmes, sentiment d insécurité majoré.
Idem pour les mobilités douces, souvent handicapantes pour les femmes (voies piétonnes autour des écoles, majoritairement utilisées par des femmes, souvent avec des poussettes… très peu pratique au quotidien)
Idem dans les écoles avec des espaces mixtes. Fini le marquage du terrain de foot au milieu de la cour repoussant les filles au préau.

Laetitia

Je plussoie pour une politique d’urbanisation féministe
J’ai fait une proposition dans ce sens dans la section sport pour mettre en avant une conception et utilisation des espaces publics sportifs véritablement inclusive, et j’ai cité quelques exemples que je trouve parlants pour se familiariser avec ce concept d’urbanisation féministe:
L’exemple de Vienne pour un urbanisme féministe: https://www.lemonde.fr/smart-cities/article/2018/05/04/vienne-capitale-du-feminisme-urbain_5294204_4811534.html
Genre et espace public Paris: https://api-site.paris.fr/images/85756

Pour moi, cela doit aussi s’appliquer aux zones rurales qui prennent également très peu en compte les besoin des femmes et des minorités dans la construction des infrastructures publiques, organisation d’évènements culturels…

Ninon

Moins “d’avenue de la gare” plus de “rue Simone de Beauvoir”.

Laetitia

Je suis d’accord avec cette proposition de prendre en compte les femmes qui ont marqué l’histoire pour nommer les espaces publics (rues, stades, écoles…).
Je voudrais ajouter qu’il faudrait prendre en compte et faire re-vivre des figures historiques au-delà des figures déjà connues (Simone de Beauvoir) et prendre en compte toutes les minorités et en particulier racisées.

J’ajouterais aussi qu’une politique féministe des espaces public doit impérativement se faire en parallèle d’une politique anti-raciste et décoloniale, comme revendiquée et préconisée par de nombreux collectifs:

Ninon

Pour des arrêts de bus à la demande et des agents des transports sensibilisés à la prise en charge des femmes harcelées sexuellement.

Marianne Pierre

Une France féministe pour ça serait une France qui n’oublie pas les femmes vivants en ruralité.
Aujourd’hui vivre à la campagne c’est plus de chômage, de précarité, moins d’accès au système de santé ou aux administrations. C’est également plus de temps et de difficultés à sortir des situations de violences.
C’est moins de possibilités de formations…
Les femmes rurales sont des pépites de résilience et d’imagination. Écoutons-les !